Amicalien - Pour créer des liens et des amitiés

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 14
Les nouveaux membres : 5
Anniversaires aujourd'hui : 1

Connexion des membres

  Se souvenir de moi

Cjrs Radio, la radio des boomers

Assurance 411 - Trouvez les meilleurs courtiers en assurance


Le forum des familles Amicaliennes



  Famille : Révèlations poètiques.


Ce sujet fait partie de la famille Révèlations poètiques.. Cette famille est semi-privée. Vous pouvez lire le contenu de cette famille mais vous devez vous y inscrire pour échanger.



Auteur

Sujet : Par rechab,nouveaux poèmes

Rechab
Modérateur
France

Date du message : septembre 29, 2012  04:52



Parole scellée de l'intérieur

Les objets muets le montrent du doigt
Celui-ci ne parle pas, et c’est toi
Tes yeux roulent, depuis ton plus jeune age
Sans connaitre, le discours, et le bavardage.

La force du silence impressionne…
Ils parlent beaucoup, tu chantonnes
Marqué , peut-être d’une aile d’ange
Tu ne souris pas …. çà dérange

Tout se passe au loin, de ta tête
Certains diront, peut-être, que tu t’entêtes
Qu’autour de toi, la vie glisse
Et que tu es, on dirait, sans malice

Bien sûr, on peut toujours en rire,
- ( On ne parle pas pour ne rien dire )
———Tu maintiens la parole à distance
Et fais éclore,          des fleurs de silence…





RC – 20 septembre 2012

-

-grimalkin-
Admin famille
France

Date du message : octobre 3, 2012  11:02

tour de magie amoureuse...faire éclore des fleurs du silence...

Marie-elisabeth
Modérateur
France

Date du message : octobre 4, 2012  07:08

bonjour rechab, je n'ai pas eu le temps de te dire au revoir,ailleurs.. Mate ayant jugé qu'il
n'était pas nécessaire de maintenir "L'art des mots", plus longtemps.. je lui ai fait sa
page d'accueil.. mais je ne voulais pas reprendre cette famille..( une casserole me suffit
largement avec "les pensées positives"..
Bonne journée à ceux et celles qui liront ce mot....

-grimalkin-
Admin famille
France

Date du message : octobre 4, 2012  10:24

Marie-Elisabeth, n'oublie pas que cette famille est aussi ta famille ...et que tu
es "administrateur adjoint "en tant que modératrice. Tu y es plus que jamais la
bienvenue. Rechab comme moi seront toujours enchantés par ta présence

Marie-elisabeth
Modérateur
France

Date du message : octobre 5, 2012  11:49

oui je sais Grim.. et bien souvent sur Google, en cherchant un poème je tombe sur une
page des "Révélations poétiques" ... j'admire toujours le travail d'excellence.. de cette
famille..
Vrai.. je suis toujours de la famille, mais comme je suis une" appliquée" il m'arrive d'être
en panne d'imagination..

Rechab
Modérateur
France

Date du message : octobre 6, 2012  04:04

Bah,             l'imagination   " ça se cultive".... ..

-   ( ce qi me permet de faire le "pont avec ma " variation peu crédible, sur des évènements
d’antan..."

--

Marie est au bout d’une ficelle, à dépenser idées congèles
C’est un jeu de maux, jeu de vilains qui joint le geste
Aux paroles des étoiles, à compter les pieds, de nez,
Mettant voile et vapeurs, rien n’est sûr, ni le pied marin

Ce qui souffle en rêves coincés, s’étale dans la ruelle
Les murs ont des oreilles, les forêts appellent
Des doigts de velours, et rondement
Les confidences de vieille dame indigne

Fondements de détours, aux regards hagards
Feuilletant le libre air ( par le plus grand des hasards)
Marre debout, roue dantesque, rien n’avance
Dans un passé, où l’orne hier, restant présent.

Idées congelées et mouvements suspects,
Voici un autre chapitre, qui se dépense
En gestes immobiles, alors qu’autour, tout remue
Madame, derrière son voile

Est assise et médite, sa fenêtre entr’ouverte
Juste un rayon de lumière filtre, d’entre nuages
Il apporte une bonne nouvelle,, — un ange passe
Et d’une flèche, illumine son visage

A cette venue, s’il est bien des mystères,
Il faut peu de choses, parfois
Pour faire parler de soi, sur la terre,
L’annonce aura mission de livrer un garçon!

-
RC – 30 septembre 2012
-   

-




Rechab
Modérateur
France

Date du message : octobre 7, 2012  08:52



-
Taire le silence


Si j’apprends à taire le silence
En jetant quelques cailloux dans l’eau
Alors, la surface remue, et se souvient
En cercles concentriques, des éclaboussures
Et des gestes ténus,
Qui repoussent quelques secondes la léthargie,
En laissant une place à la vie.
Mon geste n’est plus là, mais seulement sa trace
Comme lorsque je passe un doigt distrait
Sur la couche de poussière recouvrant le buffet.

J’apprends à lire, les instants fugitifs,
Le murmure de histoire, et l’invisible est crédible
Les brioches dorées, le zeste des parfums,
Le sillage d’un regard, au détour d’un reflet,
Le souffle des choses, agitant les feuillets
Les chapitres du bonheur, que révèle
Un pinceau de lumière à travers les nuées
Eloignées des étoiles, et dénuées
De l’ombre   -   qui fait l’importance.

Si j’apprends à taire le silence,
C’est pour mieux traduire
Une langue d’avant qui te ressemble
La prolongation d’une grâce
Que n’offrent ni les mots
Ni la parole rhétorique,
Les doigts ouverts de l’invisible
Quand ils te dessinent à mes yeux:
Une veine qui palpite à ton front,
Et la courbe d’une hanche…

J’apprends à lire, les instants fugitifs,
A rassembler les indices,
Peut-être à inventer,
A rajouter des brillances
Et des couleurs de voix,
Imiter rivières et cascades,
Et l’ombre des collines
Qui dessine des courbes
Sur le désir de l’instant
Que les lèvres promettent.



RC –   6 octobre 2012

-

-grimalkin-
Admin famille
France

Date du message : octobre 7, 2012  11:42

nous autres les taiseux....comme on dit à la campagne...poésie vraie

-grimalkin-
Admin famille
France

Date du message : octobre 11, 2012  13:09

a ce jour....65 poèmes et quelques redites....je viens d'en faire la liste pour justement éviter
ces redites...

Rechab
Modérateur
France

Date du message : octobre 11, 2012  13:52

bien, tu es dans ton rôle d'administratrice... oui des fois je ne me souviens plus
exactement d ece que j'ai envoyé... mais tu peux piocher de toi même dans la partie blog ,
ici, ou sur art et tique et pique, y a pas de souci, ( notamment dans les zones les plus
anciennes), car ce que j'ai partagé   est généralement contemporain de ma venue ici, donc plus récent

-grimalkin-
Admin famille
France

Date du message : octobre 12, 2012  04:41




J’aide à sourire le réel
En plaçant des étoiles
Aux quatre coins du firmament
sans demander la permission

Je lance des atomes à la pelle
Envoie des mots, peins les toiles
Mâche du fictif, aux cinq continents
Et fais non -sens aux obligations.

J’associe, l’impossible, et le concevable,
Funambule des phrases, je danse,
En parfumant d’essences
Des temps qui courent, de souffles nouveaux ;

S’il faut bousculer les idées stables,
je prends la plume, sans arrogance
Et des couleurs   en transe
Comme les plumes, des oiseaux.

J’ai la tête à l’envers
( ça n’se fait plus d’écrire en vers)
En démontant moultes idées reçues
( çà, on s’en était aperçu).

Le réel était un cauchemar ?
Laissez moi faire,….. je me marre !
Coquecigrues et billevesées
C’est ma tasse de thé, je vais en abuser.

RC- 10 octobre 2012

Rechab
Modérateur
France

Date du message : octobre 15, 2012  03:04


Sous les yeux fertiles du temps
-

A tous les rivages et au murmure des vagues
Les paroles croisées, le bonheur d’une inspiration
Ainsi, le ressac régulier, et l’écume
Qui prend et donne, reprend encore
L’appel des sirènes s’est perdu dans la brume
———Personne n’en propose de traduction.

Le pays s’est usé de son voisinage,
Pour tatouer la mer de rochers,
C’est une lente métamorphose,
Qui transporte les éléments
Sous les yeux fertiles du temps
Au-delà du plein chant du soleil

Les falaises parait-il reculent
Et cèdent au liquide des arpents de prés,
Les remparts de la ville s’approchent du bord
Et seront un jour emportés,
Comme le sont les siècles
Aux haleines des brises et tempêtes.

Faute d’apprivoiser le temps
Il faut faire avec son souffle
Et le berger pousse ses troupeaux sur la plaine
Puis les plateaux, qui offrent
A toutes les transhumances, leurs drailles séculaires
D’un parcours recommencé, au cycle des saisons.





RC    – 14 octobre 2012

-grimalkin-
Admin famille
France

Date du message : octobre 15, 2012  03:22


"A toutes les transhumances, leurs drailles séculaires
D’un parcours recommencé, au cycle des saisons."


très beau !

-grimalkin-
Admin famille
France

Date du message : octobre 18, 2012  12:15





Lendemain sans heure ( RC )




Un soir,   – celui d’avant - qui s’est prolongé,

bien au-delà du raisonnable,
Si j’en crois le cendrier renversé, et deux bouteilles de
whisky,                        qui ne sont plus que cadavres…

Je me suis levé en titubant dans un jour gris,
Il faisait gris aussi sur le port   et la mer se confondait avec le ciel,
enfin ce qu’on supposait être le ciel.

Peut-être que l’horizon, n’est pas nécessaire le lendemain d’une cuite.

En prolongeant sur le môle, juste des flaques luisantes entre les pavés,
accrochant par leur relief, mes semelles lourdes…

quelques notes de couleur fade , des barques bringuebalantes , retenues par des
cordes fatiguées…
L’odeur du varech,         et des moules agglutinées aux poteaux.

Personne encore………….                                             je n’ai plus idée de l’heure.

Juste,    en revenant ,       un type                avec un ciré brun,       et des lunettes,
qui est passé devant moi,                                     sans me regarder.

-

RC- 18 octobre 2012

-(Art pique et tique)

Marie-elisabeth
Modérateur
France

Date du message : octobre 22, 2012  06:45

Là-haut, ici bas.

Sans limites, se poussent les nuages en épaisseurs grises
C’est un ciel d’étains, qui bascule à coups d’éclairs…
Une couverture dont on ne connaît pas la lisière
Tandis que, dans un mélange de clairs et de bruits, la terre s’enlise.

C’est une dispute de géants, à coups de cimeterres
Pour la conquête d’un territoire immense
Et l’on reçoit ici, les échos du combat, en pluie dense
Agrémentée des roulements du tonnerre.

Les fanfares d’Eole embouchent leurs trompettes
Les arbres se secouent en tout sens
Et mêlent leurs membres de toutes essences
Quand s’approche la tempête.

Voila que gifle une tornade de grêle…
Le sol accepte sans résistance
Que les dieux bataillent sans décence
Et s »envoient à la figure leur vaisselle .

Ceux qui connaissent l’endroit se demandent ce qu’il est advenu
Du paysage riant, de sa vallée large, maintenant déserte
Des routes emmêlées de troncs, une marée verte
De branches en tous sens, et du feuillage haché menu…

Il faudra une main large pour écarter les nuages
Et mettre une fin provisoire, aux hostilités
Déjà, s’amoncèlent les dégâts – une calamité
Pour les habitants d’en bas, comptant leurs dommages.

Une main puissante qu’on ne puisse pas mordre
Pour retrouver le chemin de l’entente, et l’esquisse
D’un début de paix et sérénité, une armistice
Que certains nommeront le retour à l’ordre.

Pour fuir la confusion, un peu d’autorité
Que le pays panse ses plaies
Il faut reconstruire,    et sans délai
Après l’ouragan ,         de la fin de l’été.

RC - 17 octobre 2012
Après les évènement climatiques de ces derniers jours.. à Lourdes..et ailleurs.. ce poème
s'imposait..

Page 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14

Messages suivants >  Dernier message


©2003-2020 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES