Amicalien - Pour créer des liens et des amitiés

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 27
Les nouveaux membres : 8
Anniversaires aujourd'hui : 14


Le forum des familles Amicaliennes



  Famille : Révèlations poètiques.


Ce sujet fait partie de la famille Révèlations poètiques.. Cette famille est semi-privée. Vous pouvez lire le contenu de cette famille mais vous devez vous y inscrire pour échanger.



Auteur

Sujet : "la poésie dans tous ses états "; jacques charpentreau.

Marie-elisabeth
Modérateur
France

Date du message : juin 23, 2011  03:43

Jacques Charpentreau (1928- ) est un écrivain et poète français.

Jacques Charpentreau est né aux Sables d'Olonne.
Il a été instituteur, puis professeur de français dans le 13e arrondissement de Paris
(collège Moulin-des-Prés).
Son œuvre compte une trentaine de recueils de poésies, dont la Fugitive mais aussi des
contes, des nouvelles, des essais et des dictionnaires.
Il est un fervent défenseur de la poésie auprès et pour la jeunesse, et de nombreux
poèmes de sa plumes sont appris dans les écoles.
Il préside aux destinées de la Maison de la Poésie. Il dirige la revue "Coin de table"

Ses recueils sont certes, nombreux et variés, mais beaucoup.. donnent la parole à
d'autres auteurs, dans le même style, et le même rythme ainsi "Je pars en nuage"
ou "Quand je rêve" sont des recueisl d'auteurs, qui tous parlent pour l'enfance heureuse
et donnent aux enfants le goût du bonheur.

Dans l'une de ses préfaces, on peut lire "il paraît que le poète Saint-Pol Roux accrochait
tous les soirs un écriteau à la porte de sa maison :
"Silence ! le poète travaille". puis il se couchait et il rêvait.

Comme tout le monde, les poètes rêvent. mais ils savent ensuite raconter leurs rêves,
laisser leur imagination vagabonder dans leurs poèmes comme elle vagabonde dans
leurs songes, libres, l'esprit et le corps s'envolent, font des rencontres extraordinaires,
voyagent dans des pays merveilleux, parcourent un monde où tout est possible à
l'imaginaire.
Dans "La poésie dans tous ses états".; Jacques Charpentreau se laisse aller et parlent
de tous ce qui lui passent par la tête et si les gens sérieux lui disent :"Mais tu es dans la
lune !   c'est possible. on peut être ailleurs : les planètes du rêve sont si nombreuses.."

Jacques Charpentreau.



Un chapeau de paille d'italie.

Maman a perdu son chapeau,
Chapeau de paille d'italie,
orné de jolies broderies,
Avec trois plumes de corbeau.

Les chiens, les poules, les oiseaux,
En leur jargon partout le crient :
Maman a perdu son chapeau,
Chapeau de paille d'Italie.

Voisins, voisines, voisineaux
Semblent tous atteints de folie.
Ils vendent leur orfèvrerie
Pour en acheter un nouveau :
Maman a perdu son chapeau.

Jacques Charpentreau "La Poésie des gens" extrait "La Poésie dans tous ses états"

Marie-elisabeth
Modérateur
France

Date du message : mai 31, 2011  09:02

Le mariage.

- Un mariage , Et bien bravo !
A dit le poète classique
En pinçant sa lyre élastique
Pour préparer son numéro.

Pour vous monsieur, pour vous madame
Je compose un épithalame.

- Merci monsieur, merci beaucoup,
A dit la mariée rougissante,
c'est quelque chose qui m'enchante.
Quand il est prêt, dites-le nous.

Puis, se tournant vers son mari,
Elle lui dit tout bas : - Chéri,
Explique à ta petite femme
Ce que c'est qu'un épithalame.

Le jeune marié lui sourit,
Toussote, se creuse l'esprit,
Inspecte le mot qu'il répète
(Epithalame ! O casse-tête !)
Il cherche, il cherche avec passion,
Puis il trouve la solutiion
Et prend un air modeste et humble :

- Dans l'amour, c'est pourtant tout simple,
Tu as le corps, et pis t'as l'âme...
C'est ce que dit l'épithalame.

- -Ah bon ! dit la mariée ravie,
Et bien je suis de ton avis.
Le poète arrive et déclame
Son magnifique épithalame :

   "Jeunes époux
   Embrassez-vous,
Et comme vos corps dans l'amour,
   Que vos deux âmes
   Comme deux flammes
Ne fassent qu'un feu pour toujours."

Et l'épouse embrasse l'époux :
- Vraiment, mon chéri, tu sais tout !

Jacques Charpentreau. "la poésie des gens".


Marie-elisabeth
Modérateur
France

Date du message : mai 31, 2011  09:18

La marque du temps

Une libellule
Aux ailes de tulle
Sur un souci d'eau
Bijou funambule
Et la feuille ondule
Sous son doux fardeau

Un soupir à peine
Un souffle une haleine
Un furtif éclair
Une brise entraîne
La tendre phalène
Dentelle de l'air

Le moment qui passe
En mon âme trace
L'ombre de l'instant
Fragile et fugace
Infime et tenace
La marque du temps.

Jacques Charpentreau. "La poésie dans tous ses états".
extrait "La poésie du temps qui passe"




Marie-elisabeth
Modérateur
France

Date du message : mai 31, 2011  09:28

Je préfère le printemps.

Faudra-t-il vous le répéter ?
C'est le printemps que je préfère,
On a beau dire, on a beau faire,
On a beau me vanter l'été.

L'automne a bien des qualités,
L'hiver a bien du savoir-faire...
Faudra-t-il vous le répéter ?
C'est le printemps que je préfère;

L'été trop chaud est hébété,
L'automne a trop grise atmosphère,
L'hiver a son calorifère...
C'est le printemps qu'il faut fêter !
Faudra-t-il vous le répéter ?

Jacques Charpentreau.   (ibid)

Marie-elisabeth
Modérateur
France

Date du message : mai 31, 2011  09:42

Le bonheur du jour.

A peine si le ciel encor morose, rose, ose
   Montrer son visage où se pose
   Un petit nuage là-haut,
Et le soleil rougit d'un pâlot halo l'eau
   De la rivière en grand silence.
Alors la branche au vent qui balance lance en ce
    Jardin la première mésange,
Puis les pinsons, tous les oiseaux, mes anges en je
   Ne sais quelle prière étrange.
Mais le ciel se colore et le matin teint un
   Orient qui n'est plus incertain.
Les arbres revenus tou à tour alentour,
   Le jour est enfin de retour.

Jacques Charpentreau.

quelle imagination!!



Marie-elisabeth
Modérateur
France

Date du message : mai 31, 2011  09:52

L'astronome et la retardataire.

Non, je n'accepte pas tes excuses, Gudule !
Cinq minutes par ci, dix minutes par là,
Mais quand donc rendras-tu le temps que tu volas ?
Tes retards font rougir horloges et pendules.

L'équateur rétrécit, l'espace-temps ondule,
La lune en plein soleil montre son tralala,
Einstein ne pourrait plus cuire ses oeufs au plat,
Et, pour tenir leur rang, les astres se bousculent.

Ah ! Gudule ! Un retard, c'est un jour qui frémit,
Une orbite qui grince, un siècle compromis !
Sur le billard du ciel, les astres s'entrechoquent !

Et moi, je perds la boule, attendant ton retour :
Pour combler tes retards, mon coeur bat la breloque,
Car tu es mon soleil, et tu règles mes jours.

Jacques Charpentreau.""La Poésie du temps qui passe".



Marie-elisabeth
Modérateur
France

Date du message : juin 1, 2011  14:07

Vertige du soir.

Dans le soir indécis, se glisse, incertaine,
L'ombre fugitive qui n'est ni chien ni loup,
Un mystère la suit, ni chèvre ni chou,
Crépuscule secret, ni gant ni mitaine.

Dans le soir imprécis, ni vu ni connu
Ni haut ni bas, ni rien, ni l'une ni l'autre,
Ni le diable mauvais ni le bon apôtre,
Ni bouleau ni pin, ni parti ni venu.

Ce n'est ni le jour franc ni la nuit vieillotte,
Ni l'hirondelle ni la chauve-souris,
Ni tout blanc ni tout noir, ni tous les chats gris....
Il est temps de rentrer : mes yeux papillotent.

Jacques Charpentreau."La poésie du temps qui passe".

Marie-elisabeth
Modérateur
France

Date du message : juin 1, 2011  14:16

Maintenant.

Le soleil s'est couché, demain il reviendra.
Son retour est certain. Ton réveil ne l'est pas.
Mais voici qu'apparaît le croissant de la lune.
La seule certitude est l'instant qui s'en va.

Jacques Charpentreau.

Marie-elisabeth
Modérateur
France

Date du message : juin 3, 2011  14:41

Victor Hugo disait "la mélancolie c'est le bonheur d'être triste" et bien là..

Comme un voleur.

Comme un voleur
plus sombre l'ombre de la nuit

comme un voleur
à peu de souffle à peu de bruit

comme un voleur
à pas furtifs à pas prudents

comme un voleur
main fermée sur l'oiseau du rêve

comme un voleur
la vague noire se soulève

comme un voleur
s'en vient le désespoir du coeur

Tu n'en savais ni le jour ni l'heure
ni le visage ni la voix
mais le voici qui se glisse en toi
comme un voleur.

Jacques Charpentreau extrait "La poésie du temps qui passe."



Marie-elisabeth
Modérateur
France

Date du message : juin 3, 2011  14:49

   La mélancolie.

Quand au jardin d'été le soir
Le temps au temps semble surseoir
Elle vient près de moi s'asseoir
La charmante mélancolie

Quand à l'automne la saison
Pleure haut ce que nous taisons
Elle se glisse en ma maison
La troublante mélancolie

Quand je vais je parle j'écris
Dans le destin qu'on m'a prescrit
Son silence couvre les cris
La touchante mélancolie

Le jour la saison le destin
Si proche ce qui fut lointain
Et m'accompagne au but certain
La poignante mélancolie

Jacques Charpentreau.

-grimalkin-
Admin famille
France

Date du message : juin 5, 2011  04:26

Jacques Charpentreau a trouvé des lecteurs ...merci à lui et à toi, Marie-Elisabeth ! n'est-
ce pas notre premier but, ici...nour faire plaisir et....faire connaître

Marie-elisabeth
Modérateur
France

Date du message : juin 5, 2011  06:36

Je dois dire que ce Jacques Charpentreau, m'éblouit, je serai tentée de poser tous ses
poèmes, tant le choix est difficile et de qualité excellente..mais il faut bien
tourner la page, et laisser quelques-uns de ses poèmes avec regret..

Marie-elisabeth
Modérateur
France

Date du message : juin 5, 2011  13:17

Cachalot d'hiver,
Cachalot d'été.



Quelles nouvelles
Chère Isabelle ?
Il gèle, il gèle !
Cousine Angèle

Surprise est prise
Dans la banquise
L'hiver aiguise
Ses froids, ses bises.

Allo ! Allo !
On n'a plus d'eau !
Qui cacha l'eau ?
Le cachalot !
Quand l'eau se cache
Le gel attache
poils et moustaches
Barbe et panache.

Bonne nouvelle
Chère Isabelle !
L'été dégèle
Cousine Angèle !

Plus de banquise :
La jolie brise
Souffle à sa guise.
Chaleur exquise !

Allo ! Allo !
Comme il fait beau
Le cachalot
S'est mis à l'eau.

Jacques Charpentreau. "Comptines et chansonnettes"

Marie-elisabeth
Modérateur
France

Date du message : juin 5, 2011  13:22

Mon chat.

J'avais un chat pitre
Des plus amusants :
il mangeait des huîtres
Et du parmesan.
La queue en trompette,
La moustache en croc,
Il faisait la fête
Près de mon bureau.

Je cherchais la rime,
Le chat la trouvait.
Je disais : "Sublime ! "
Il miaulait :" Mauvais ! "
Si dans mon poème
Rien ne tournait rond,
Le chat sans problème
Me soufflait : " Ron-ron !"

Hélas ! mon chat pitre,
Avec un rôti,
En cassant la vitre
Un jour est parti.
Sans chat, sans génie,
Je sais désormais
Qu'à l'Académie
Je n'irai jamais.

Jacques Charpentreau. "La poésie des comptines et des chansonnettes"


Marie-elisabeth
Modérateur
France

Date du message : juin 5, 2011  13:36

MUSIQUE



Frapper son tambour c'est lourd
Racler son violon c'est long
Rugir du tuba c'est bas
Scier sa contrebasse ça lasse


Sonner des cymbales ça râle
Jouer du mirliton ça fond
De la cornemuse ça use
Souffler dans la flûte c'est brute


Emboucher le cor c'est fort
Toucher du piano c'est beau
Mais jouer de l'orchestre
C'est preste, c'est leste ,c'est céleste.

Jacques Charpentreau . "musique";



Page 1 | 2 | 3

Messages suivants >  Dernier message


©2003-2014 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES